"Magnifique", bande son du mois d'Août

Les New Yorkais Mike Stroud et Evan Mast du Duo Ratatat étaient de retour ce 15 Juillet avec un album qui faisait déjà pas mal parler de lui avant sa sortie, "Magnifique". 14 titres et 45 mins qui valent leur titre, ramenant les grosses guitares ADN du duo depuis "Classics" en 2006 et un peu oubliées sur LP3 et LP4.

Back to "Classics"

Formé en 2001 sur le projet "Cherry" après leur rencontre au Skidmore College de New York, le groupe s'était, depuis "Classics" en 2006, fait une belle place sur la scène internationale. Sortant par la suite deux projets plus organiques, LP3 et LP4, le second ayant été réalisé essentiellement à partir de séances du premier.

Magnifique signe une sorte de retour à "Classics" avec ses guitares enveloppantes et ses mélodies entêtantes. L'intégralité du disque comporte les sons de guitare/synthé caractéristiques du groupe sans pour autant créer une impression de déjà entendu durant l'album. Les airs dansants tintés de nostalgie composés par Ratatat dans des morceaux épurés et concentrés sur la mélodie en font la bande son parfaite pour un été sur les plages ou pour prolonger ces vacances pendant les 45 minutes de l'album. Un terme de "bande son" qui prend tout son sens à l'écoute d'Abrasive qui évoque très vite un générique de film, la soundtrack finale d'une oeuvre cinématographique, qui, à l'écoute des autres morceaux aurait pu se dérouler pendant un été sur les côtes américaines.

Du titre "Magnifique", très contemplatif, berçant, à écouter devant un coucher de soleil d'été, au très rock et énervé "Nightclub Amnesia" qui donne envie de headbanguer entre pote, rien n'est à mettre de côté. "Nightclub Amnesia" qui n'est d'ailleurs pas s'en rappeler une certaine influence des Daft Punk, se rapprochant ici du morceau Da Funk paru en 1997 sur l'album Homework.

Bref,

Bref comme on vous l'a dit, un beau disque, parfait pour accompagner et prolonger l'été. Bourré de tubes, de belles mélodies, de grosse guitares enveloppantes et de nostalgie dansante, encore un petit bijou de Ratatat, pas révolutionnaire certes, mais beau.

Notre review de l'album en vidéo

Retour à l'accueil