Notre avis sur Vice-Versa

Vice-Versa est un dessin animé produit par les studios Disney-Pixar, et réalisé par Pete Docter. Il a rapporté un franc succès auprès des critiques et du public et fut notamment présenté en hors compétition au Festival de Cannes. Ce long métrage actuellement projeté au cinéma fut qualifié de « renaissance des studios Pixar » après un petit trépas provisoire. Ce dessin animé fut adulé par tous, mais méritait-il ce succès ? Voici mon avis.
L’histoire se passe dans la tête d’une petite fille, Riley, qui déménage et s’apprête à rentrer au collège. Toute l’histoire se passe du point de vue des 5 émotions de cette petite fille : Joie, Peur, Colère, Tristesse et Dégoût. Chacune de ces émotions sont matérialisées en personnages et se veulent esthétiquement très parlants au spectateur : par exemple, Tristesse est de la couleur et de la forme d’une larme, et Joie est constituée de pigments rappelant le soleil. Un réel soucis du détail est attaché à l’esthétisme des personnages. Mais la force de Vice-Versa repose dans son scénario et son message. Dans le cerveau de la petite fille, il y a plusieurs chemins : passant du pays de l'imagination,à la pensée abstraite, ou encore la production de rêves, ou les îles des passions. Ces noms peuvent sembler enfantins mais derrière cette étiquette « pays enchanté » se trouve une logique carrément psychologique, en particulier en ce qui concerne le gouffre de l'oubli.

Quelques appréhensions

Après avoir vu la bande annonce, je n'était pas vraiment emballée : j'avais peur qu'il soit trop basique, trop schématique. Après tout, peux-on réellement montrer ce que peux ressentir une personne avec seulement 5 émotions ? Je pensais qu'il ne serait qu'un simple divertissement avec un concept assez original mais qui, avec le temps tomberait dans l'oubli. Malgré tout ce que j'avais pu entendre de positif sur ce long métrage (notamment au festival de Cannes, ou il fut adoré), mes attentes étaient basses.Je restait sceptique, sans beaucoup d'attentes. Et pourtant, c'est la première fois que je peux affirmer qu'un dessin animé m'ait appris des importantes leçons de vie, et qu'il parlera autant aux enfants qu'aux adultes. J'ai réalisé qu’être triste n'était pas forcément quelque chose de négatif, et que l'obstination à toujours vouloir être heureux n'avait pas toujours lieu d’être. On ressort de la salle avec un parfait mélange de sentiments, à l'image de la trame narrative du film.

L'avenir du film

Ce film signe définitivement pour moi le renouveau de Pixar, ce studio fourmillant d'idées. Ma seule crainte concerne l'avenir de Vice-Versa : Pixar a l'habitude parfois fâcheuse de faire des suites de trop. Autant cette habitude a été très bénéfique en ce qui concerne Toy Story 2 et Toy Story 3, ou il y avait matière de continuer les aventures de Woody et Buzz avec un univers aussi vaste que des jouets parlants, autant je pense que pour Vice-Versa ce serait une erreur. Le dessin animé a exploité toutes excellentes idées qu'il y avait à exploiter, et peux tirer sa révérence la conscience tranquille, en sachant qu'il est devenu un pur Pixar. Je pense qu'une suite ne pourrait pas faire ressentir ce qu'elle a fait ressentir avec un concept (qui comme je l'ai déjà dit maintes fois, est génial) déjà vu, et pourrait apporter au mieux quelques gags.

Retour à l'accueil